CROSS-COUNTRY / Championnats de l’Aisne

mardi 13 janvier 2009
popularité : 3%

L’itinéraire d’un enfant surdoué que celui du Castel Aloïs Moutardier, champion de l’Aisne 2009, félicité et adoubé dans la neige saint-quentinoise.
Les Départementaux 2009 se sont engouffrés dans la machine à explorer le temps. Pour un bond de quatre années en arrière...
Le héros ? Aloïs Moutardier, aussi fringant hier au Parc d’aventures de Saint-Quentin qu’en 2005. Comme si le Castel avait repris le fil de sa carrière là où il l’avait laissé, sur une saison lui ayant valu une sélection pour le championnat d’Europe juniors...
La tentation du suicide !
Son sacre, Aloïs l’a aussitôt dédié à Werner Harnisch. Et pour des raisons intimes et profondes...
Le champion ressuscité avait besoin de le dire ! Lui aussi a été tenté par le suicide : « Quand Werner s’est suicidé : je me suis dit : comment peut-on faire ça. J’ai traversé une période difficile et maintenant, je sais... ».
Cette histoire d’une renaissance est la plus belle. Plus épatante qu’un simple titre...

Revenu aux sources, chez lui à Château-Thierry, Aloïs s’est reconstruit depuis octobre. Sans couper les ponts, au contraire, avec son entraîneur rémois, Vincent Phelizot, présent hier à Saint-Quentin : « On se téléphone deux ou trois fois par semaine. Nous sommes en contact aussi sur internet. Comment je l’ai trouvé aujourd’hui ? Impressionnant mais à son niveau... », confiait le formateur du Creps.
Les blessures musculaires, qui se sont succédé depuis 2005, ont rejoint le rayon des mauvais souvenirs. Aloïs a réappris à s’entraîner, « quasiment
tout seul » : « Je n’ai jamais été quelqu’un qui aime rentrer-dedans... », constate le désormais vacataire à la mairie de Château.
Aloïs a retrouvé l’esprit ACCT et sa fraîcheur avec. Hier, Romuald De Paepe (*), le tenant depuis deux ans et coéquipier, a lancé la course mais a vite accepté la supériorité de son cadet.
Son sourire, à l’arrivée, était celui d’une joie partagée : « Le titre reste à Château. Le podium est jouable pour Aloïs aux Régionaux dimanche prochain... », expliquait-il.

1.500 et 5.000 pour l’été...

Top 10 aux pré-France à Reims, top 100 aux France : le parcours de la résurrection est balisé pour le Castel de seulement 23 ans, qui, hier les pieds dans la neige saint-quentinoise, se projetait déjà sur la saison estivale, objectif 1.500 (3’46-47) et 5.000 m (N2 ou Elites)...
« C’est la première fois que je ne suis pas emmerdé dans ma préparation... ». Le cri du cœur d’Aloïs donnait envie de croiser les doigts pour lui. Mais, un bon bout de chemin a été parcouru. Le reste ? Le revenant l’a mesuré le 30 novembre quand, confronté aux tout meilleurs dans le cross de l’Acier, à Leffrinckoucke (Pas-de-Calais), il s’est classé 32e sur 35...

Au sourire d’Aloïs, on ajoutera celui de sa maman Evelyne (3e en vétéran 2) qui n’imaginait pas son fiston cavaler de la sorte : « A l’entraînement, Romuald De Paepe lui a mis 10 secondes », prévenait-elle. Sauf qu’hier, Aloïs était en état de grâce, « même mieux qu’il y a 4 ans », osait-il.

Jean-Pierre Prault

(*) Qui fera l’impasse sur les Régionaux, pour participer aux championnats de France de trail au parc du Pilat, près de Saint-Etienne.



MATHILDE.

- Au grand regret de son président Claude Dogny, Mathilde Belin n’a pas disputé ces Départementaux. Ce week-end, l’internationale castelle disputait le cross de Bilbao, où elle a terminé 9e : « C’est en se confrontant avec les meilleures qu’elle sera compétitive aux France », assurait son préparateur rémois, Vincent Phelizot.

FAMILLE.

- Pas banal : Yves Casier (64 ans) a participé à la course vétérans en compagnie de son fils Hervé, qui fêtait sa première dans la catégorie. Deux petits-fils du Castel étaient aussi engagés en poussins (Aurélien) et minimes (Jérémy).