Marche (National 100 km masculin, critérium féminin 50 km) / Morel, retour prometteur

lundi 31 octobre 2011
popularité : 32%

JPEG - 89.6 ko
Philippe Morel l’avouait à la fin de son effort : « Je ne pensais pas revenir si vite à un bon niveau. »

Je m’étais bien entraîné, mais je ne pensais pas revenir si vite à un bon niveau. » Après quatre années en marge des compétitions, le Castel (et Châlonnais d’adoption) Philippe Morel a effectué un retour gagnant sur les circuits.
Deux semaines après avoir marché le semi-marathon de Reims « à plus de 10 km/h de moyenne », il est devenu vice-champion de France sur 100 km, hier après-midi dans les artères d’Etampes-sur-Marne, village où il a vécu dix ans. « Cela ne m’intéressait pas de terminer en 13 ou 14 heures. »
Parti sur un mode piano, « Fifi » laissait le Marnais Fabrice Henry, venu faire une trentaine de bornes, démarrer sur les chapeaux de roue, seulement suivi par le futur vainqueur (et champion sortant), l’Amiénois Eddy Rozé.

A Charly en février

Le numéro Henry terminé, Rozé prenait les commandes. Hors championnat, le Hongrois Czukor et le Suédois Svensson lui tenaient la dragée haute durant un temps avant de retomber au 2e étage de la course où rayonnait l’Etampois de l’ACCT, Florian Letourneau.
Sur le coup de 10 h 30, le désormais protégé de Bertrand Moulinet (voir par ailleurs) pointait dans le trio de tête tandis que Morel amorçait sa remontée en compagnie du Barois Erard. « Progressivement, j’ai accéléré, j’avais de très bonnes sensations. » Si Letourneau craquait en début d’après-midi, Morel continuait régulièrement sa marche vers le podium, suivi par l’expérimenté Tournois qui se classait 3e. L’appétit venant en marchant, Morel a déjà annoncé sa participation aux 8 heures de Charly-sur-Marne, en février, « puis j’aviserai pour la suite ».

Chez les féminines (50 km), la Francilienne Séverine Lanque a pris les rênes dès le départ devant la vice-championne Emilie Cougoureux-Augé. La hiérarchie était installée au sommet. Elle allait le rester.

RECORD. - En devenant champion de France sur 100 km en 9 h 54’03, l’Amiénois Eddy Rozé (passé aux 50 bornes en 4 h 33), a aussi battu le vieux record de Picardie détenu depuis septembre 1983 par l’ancien marcheur castel Jean-Claude Baudry en 10 h 02’18. En revanche, Rozé n’a pas fait trembler la meilleure performance française de tous les temps sur 100 bornes : 8 h 58 par Libournais Pascal Kieffer, 10e hier à Etampes.

DEUX FOIS. - Président des Amis de la marche d’Etampes-sur-Marne, Didier Beaumont a mené avec succès l’organisation de ce National de marche. Il envisage de remettre le couvert dans deux ans sur un autre circuit.

GOUVENAUX. - Comme il en a pris désormais l’habitude, le Sparnacien Jean-Claude Gouvenaux a animé ce championnat avec sa grande connaissance de la discipline dont il a su faire profiter un public toujours friand.


Et aussi :

Florian Letourneau bien conseillé

JPEG - 112.4 ko
Florian Letourneau

Florian Letourneau était bien entouré à Etampes-sur-Marne, où il a pu compter sur le soutien de l’Amiénois originaire de Toulouse, Bertrand Moulinet, devenu son entraîneur. Seul Français à avoir terminé les derniers Mondiaux de Daegu sur 50 kilomètres, le fils d’Alain qui, dans le passé, a marché sous les couleurs de l’ACCT, a suivi la progression de Letourneau en compagnie du Lyonnais Kevin Campion, international lui aussi sur 20 km dont il détient une des trois meilleures performances de tous les temps (1 h 22).

Ils sont venus en Omois « pour Florian, un très bon copain ». Au sommet de la course durant les sept premières heures, l’Etampois a craqué en début d’après-midi sous les yeux de ses deux conseillers. Ces derniers lui ont recommandé « de progresser jusqu’au bout dans la difficulté ». Leur protégé a baissé de pied mais n’a pas lâché. « C’est un bosseur et comme tout bosseur, il sera payé un jour de ses efforts », ont lancé en chœur Moulinet et Campion.

Florian Letourneau est entre de bonnes mains. Ensemble, les trois compères

JPEG - 15.9 ko
Bertrand Moulinet (à gauche) et Kevin Campion.

effectueront deux stages hivernaux afin d’être au mieux de leur forme au printemps. Ils visent une qualification à la Coupe du monde, en Russie, en mai 2012, sur 50 bornes.