Semi-marathon de Château-Thierry / Axonais au tableau d’honneur !

lundi 11 avril 2011
popularité : 3%

JPEG - 38 ko
Record et soleil, ingrédients qui ont contribué à faire du cru 2011 une édition label, dont la Castelle Laure Martin se souviendra aussi (médaillon).

CHATEAU-THIERRY (Aisne). Avec 566 participants sur le semi, le 10 km et les courses jeunes, l’épreuve de l’Omois a pulvérisé le record de l’an dernier (388). Et s’est offert de magnifiques vainqueurs.

HIER à Château-Thierry, le Burundais Richard Musagirije a continué sa moisson de semi marathon.
Cet athlète longiligne de 23 ans s’entraîne à Lyon depuis un an et demi dans le groupe d’Egide Manirakiza, référence dans le monde du grand fond.
Quand il quitte ses bases, ce n’est pas pour faire de la figuration, en témoignent ses victoires à Rouen et sur la Ronde Vaudaise.
En Omois, il n’a pas eu la rivalité susceptible de le pousser dans ses derniers retranchements et de l’amener plus près de son record personnel (1 h 03’ 48).
Le grand Richard a ainsi fait le spectacle en ouvrant la route dès le départ avec, dans son sillage, les hommes forts du peloton dont une majorité d’Axonais, notamment l’armada laonnoise emmenée par Saïd, Nourredine et Ali Saddeddine mais aussi Alexandre Purnelle.
Avec eux, le Saint-Quentinois Thieux, les Castels Tullier, Franckéwicz, Gadenne mais, pour certains, le rythme imposé par la locomotive burundaise était trop élevé d’où un étirement et, bientôt, quelques cassures.
Musagirije n’en avait cure. Magnifique, Purnelle sera le dernier à lui résister en se révélant le plus apte à envisager sérieusement la 2e place et le titre de champion de l’Aisne.

L’Or Martin !

Sur la cendrée du stade municipal, le public salua le vainqueur mais ne relâcha pas ses applaudissements à l’adresse de Purnelle et de ses équipiers, autour d’un beau tir groupé aux premières loges.
Chez les féminines, on attendait la Saint-Quentinoise Eve Gobert pour la victoire et le titre départemental mais la Castelle Laure Martin, en forme étincelante, a su couper l’herbe sous le pied à ses rivales. « Rapidement, nous nous sommes retrouvées à deux ou trois devant, cela m’a stimulé ».
Sa bonne connaissance du parcours a permis à la meilleure féminine sur le 10 km du championnat de Picardie d’Ekiden, huit jours plus tôt, de prendre les reines, « après avoir tester mes rivales avec succès, en bas des Chopinettes, à Brasles ». Elle s’envola peu après. Rayonnante, appréciant « cette bonne surprise » avec délectation, Laure Martin mène sa saison sans se relâcher, après sa victoire sur la corrida castelle et des très bons départementaux de cross.


Moutardier, Dubois : retours gagnants

Après les pépins mu
sculaires qui ont jalonné son parcours, le Castel Alois Moutardier, privé de compétitions durant cinq mois cette saison, court « pour le plaisir » et donne la priorité « à mes amis, ma famille, mes études « (il poursuit une formation d’éducateur spécialisé).

D’avoir ainsi éliminé la pression lui réussit plutôt bien. Une semaine après une belle 4e place à Châlons-en-Champagne (31’40), il s’est offert le 10 bornes des Fables au terme d’un impressionnant cavalier seul.

Il avouait toutefois « avoir souffert sur un parcours assez difficile, vallonné et balayé par le vent ». Si les Préfectoraux ont dominé le semi derrière l’intouchable Musagirije, les Castels ont pris l’ascendant sur le 10 km avec Moutardier, mais aussi le cadet François Petit, 1er de sa catégorie mais un peu déçu de sa 4e place au scratch, « alors que j’envisageais le podium ».
Chez les féminines, en revanche, la Laonnoise Delphine Dubois s’est imposée une minute environ devant Nathalie Boulanger, un peu plus sur la 3e, Céline Bernard (ACCT). Blessée en début d’année, elle a ainsi confirmé son retour à un bon niveau après avoir terminé le semi marathon de Saint-Quentin une minute derrière Eve Gobert.

« Je manquais un peu de repères car les kilomètres ne sont pas marqués au sol mais je suis satisfaite de ma course sur un parcours nécessitant beaucoup de relances », a-t-elle commenté, envisageant de s’aligner, sur sa lancée, aux 20 km de Maroilles.