Cédric Varain à toute vapeur

mercredi 1er avril 2015
popularité : 3%

JPEG - 5.7 ko

Sur ses terres, le Castel a épaté la galerie, se positionnant ainsi comme l’un des challengers de la discipline. Et les meilleures années arrivent...

JPEG - 52.1 ko
Entre lesCastels Morel et Letourneau, le vainqueur Eddy Rozé (dossard 3) et la bonne surprise du jour, Cédric Varain

Second des 24 heures de Château-Thierry avec plus de 193 kilomètres à son compteur personnel, Cédric Varain (A.C. Château-Thierry)a signé la meilleure performance de sa jeune carrière. Après l’abandon du champion de France, le Dijonnais Rémi Bonnotte, le Castel s’est trouvé ’’ à la bagarre ’’ avec le triple champion de France des 100 bornes (2010, 2011, 2012), l’Amiénois Eddy Rozé, magnifique d’aisance et d’efficacité. Ce dernier l’a finalement emporté mais le souffle de son rival ne s’est jamais éloigné.C’est dire la performance de Varain, très régulier malgré les conditions météorologiques défavorables et, qui, incontestablement, a gagné en vitesse et en confiance. La place de second ? " Elle est bien sûr, bonne à prendre, mais la distance réalisée est plus importante, à mes yeux ". Elle a le mérite de situer le marcheur avec davantage de clarté au sein de la hiérarchie hexagonale. Au championnat de France de grand fond, à Bourges,sur un circuit moins difficile, la ’’ perf ’’ castelle lui aurait permis d’obtenir la médaille d’argent !

Génération montante

Cédric Varain s’affirme ainsi dans la cour des grands et piaffe d’impatience de confirmer, lui qui a tant galéré pour en arriver là. Il prend aussi le bon wagon de la génération montante des Raulet, Lassalle et quelques autres. Il s’empare également de la place de chef de file de la marche castelle après le retrait des circuits de Philippe Morel. Toujours au fait de la discipline, l’ancien marcheur Jean-Claude Gouvenaux, premier à Colmar en 1984, le voit encore progresser : " Il entre dans ses meilleures années, il affiche davantage de maturité, est plus endurant ". Paris-Alsace (3 au 6 juin) arrive à point nommé, il sait qu’il sera attendu ". Fort de ses 193 bornes à Château, Cédric Varain a donné un signal fort.Plus rien ne semble devoir l’arrêter.