Marche - Paris - Alsace. Et de deux pour Florian Letourneau !

samedi 4 juin 2022
popularité : 20%

Hier matin, Florian Letourneau a assommé son principal adversaire, Maxime Laneau, dans la montée du col du Bonhomme. - Jacques Bosserelle

Pour la seconde année consécutive, le Castel Florian Letourneau s’est imposé sur la Mythique, épreuve reine (400 km) de Paris - Alsace. Cette victoire ne lui a pas été offerte sur un plateau.

Jeudi, entre Neufchâteau et Épinal, il a fini par lâcher le Camonais Maxime Laneau, son principal adversaire, à l’approche de la ville préfecture des Vosges. C’est avec 27 minutes d’avance qu’il a franchi la ligne, la nuit tombée. Nanti de cet avantage non négligeable, le sociétaire de l’AC Château-Thierry a montré de très bonnes dispositions au départ de l’ultime étape, hier matin entre Plainfaing et la cité touristique haut-rhinoise de Kaysersberg. Avait-il pris connaissance que Laneau sentait ses jambes un peu lourdes après avoir tenté de s’installer solidement aux commandes ?

Suivant sa ligne de conduite, le vainqueur sortant n’a pas calqué sa progression sur le banlieusard amiénois. Il a abordé la montée du col du Bonhomme avec la volonté d’enfoncer le clou et, par là même de le distancer une bonne fois pour toutes.

À le voir enlacer les virages successifs d’un pas alerte, le buste droit, il démontrait que sa défaillance surmontée au mental et au métier sur les routes marnaises, jeudi, entre Pogny et Sermaize-lès-Bains n’était plus qu’un mauvais souvenir. Plus à la peine, Laneau lâchait du lest et les minutes, 16 exactement au sommet de la célèbre rampe.

Irrésistible progression
Jamais aussi proche d’une seconde victoire consécutive sur cette épreuve de légende, Letourneau, accompagné par le Poitevin Maxime Faiteau, 3e sur 50 km aux championnats de France 2019, a maintenu l’écart avec son adversaire dans le col suivant, le tant redouté Calvaire (km 360). Il lui restait 40 bornes à couvrir dans la gestion afin de ne pas connaître de mésaventure sur un parcours ondulé, enveloppé d’une chaleur pesante.

Déterminé à en finir, l’Axonais n’a plus cessé de creuser l’écart sur son second, de plus en plus à la peine. Laneau coupera la ligne d’arrivée avec plus d’une heure de retard ! Pour avoir dominé son sujet durant les bons et les mauvais moments, le Castel a donné davantage de relief à sa victoire à laquelle il faut ajouter la marche XXL de la Strasbourgeoise Sylvie Maison, petite par la taille mais tellement grande par le talent… et le courage.