Le destin aveugle l’a voulu ainsi. Alain...

jeudi 22 septembre 2022
popularité : 15%

Le destin aveugle l’a voulu ainsi. Alain Morin, qui a servi bénévolement tant de clubs sportifs et d’associations castelles durant de très nombreuses années, est décédé au lendemain du village associatif de Château-Thierry (qui s’est tenu samedi dernier au palais des sports), à l’âge de 69 ans.

Dans la cité des Fables, son engagement parsemé d’analyses parfois tranchées mais éclairées restera marqué par l’amitié, la fidélité et le souci de servir la collectivité.

À la fin des années 70, Alain Morin était président du club de handball quand le regretté René Roy, alors conseiller général du canton de Neuilly-Saint-Front en charge de l’activité sportive au Conseil départemental de l’Aisne l’a sollicité pour intégrer l’Office Municipal des Sports (OMS) de la cité castelle.

L’altruisme d’Alain Morin n’avait pas échappé à l’ancien maire de Grisolles. Tailleur de pierre passé ensuite par la SNCF avant de poursuivre l’essentiel de sa carrière professionnelle au sein de la société Gaz de France, Alain Morin n’a jamais quitté l’OMS même diminué par la maladie. « J’ai toujours pris du plaisir a participer aux réunions de cet organe de réflexion, passerelle entre la municipalité et le monde sportif », rappelait à l’envi cet adhérent à l’association Arts et Histoire de Château-Thierry.

Des bilans financiers au terrain
Membre puis secrétaire, il s’est vu confier la trésorerie en 1986, en remplacement de Raymond Brochot, un des fondateurs de l’OMS. Alain Morin excellait dans la fonction de trésorier par sa rigueur et sa vision du lendemain. Plusieurs associations l’ont ainsi sollicité.

Il a tenu les comptes du club de football (aujourd’hui Château-Thierry-Étampes), du club corporatif des Coopérateurs de Champagne, du Kanazawa Karaté Do, du Ring Olympique Castel, de l’association du Raid de l’Omois créé par son frère Joël, du Comité des fêtes Jean-de-La-Fontaine et du Comité 02 des OMS.

Des bilans financiers au terrain, il n’y avait donc qu’un pas franchi allègrement par celui qui ne rechignait à aucune tâche. Nombre de dirigeants ont apprécié les compétences de cet homme au grand cœur notamment son ami Éric Brême, président de l’OMS castel. Alain Morin laisse un grand vide autour de lui. À sa famille, l’Union présente ses condoléances attristées.