8 heures de marche de Charly

mercredi 22 février 2006
popularité : 9%

Régy règne encore sur Charly



(De notre correspondant local Jacques BOSSERELLE).

« Je ne veux plus te voir sourire, je veux que tu serres les dents,
que tu aies la rage ». Sacré bonhomme ce Roger Quemener !

Le sextuple vainqueur de Paris-Colmar, reconverti manager de David Régy et Anne-Marie Mesmoudi, hier sur les 8 heures
de Charly-sur-Marne, a remis psychologiquement dans le sens de la marche le champion de France des 200 kilomètres qui semblait se résoudre à terminer second d’une épreuve dominée depuis l’entame par le Quimpérois Gilles Belloir, 7e du Colmar 2005.

Il restait deux heures de course. Ces paroles d’un ancien compétiteur hors normes ont réveillé l’ardeur du grand Régy.
Celui qui, jusqu’à cette 9e édition avait fait de l’épreuve carlésienne son affaire (six succès) a jeté rageusement
sa caquette au sol, remis du rythme dans sa progression et mordu à nouveau le bitume ruisselant d’une pluie ininterrompue.
Dans son dos, alors qu’il déclinait légèrement, Belloir a senti un souffle puissant se rapprocher.

Et pour faire les choses en grand, Régy l’a doublé au passage sur la ligne : « J’étais légèrement souffrant depuis quelques jours, je ne savais pas trop où j’en étais physiquement mais mon corps a bien répondu quand j’ai relancé ».

Mesmoudi bien seule

Un 7e succès tendait les bras au sociétaire de Neuilly Plaisance mais il lui a fallu remettre cent fois l’ouvrage sur
le métier pour maintenir à deux minutes environ un Belloir têtu comme tout Breton qui se respecte, heureux finalement
de cette 2ème place agrémentée d’une bonne séance de rythme.

En retrait de ce mano à mano
le Castel Philippe Morel se satisfaisait de la 3e marche du podium, rang conforme à ses prévisions : « Je n’avais pas la victoire en tête. Je pense surtout aux 200 kilomètres de Château-Thierry (18 et 19 mars) où j’aimerais réaliser un gros truc avant Paris-Colmar ».

S’il s’est mué en père fouettard à l’adresse de Régy, Roger Quemener a joué la nounou auprès d’Anne-Marie Mesmoudi.

Après avoir porté le maillot tricolore sur 50 km, la chef de file du Stade Français connaît la même réussite sur longues
distances, en témoigne son titre de championne de France grand fond (170 km) conquis l’an passé.

A Charly, elle a pris rapidement ses distances avec la Rouennaise Sylviane Varin, reléguée à un puis deux tours sans jamais s’endormir sur ses lauriers. « Peu importe l’avance que l’on possède, il faut sans cesse relancer ».

Ce credo l’a conduit à se porter haut et loin dès sa première sortie officielle 2006 avant, probablement, d’en découdre
sur Châlons-en-Champagne - Colmar avec Kora Boufflert, grande rivale.
distances, en témoigne son titre

FÉMININES :

1. Anne-Marie Mesmoudi (Stade Français) 70,648 km en 8 res ; 2. Sylviane Varin (Coulommiers Brie) 62,905 km
en 7h45’ 26 ; 3. Quinqu (AM. Saint-Thibaut) 60,324 km en 8h06’ 26 ; 4. Anxionnat (Resda Vosges) 57,74 ; en 7h46’ 25 ; 5.
Gautier (Sénart Combs-Brie) 55,162 km en 7h49’ 36...

MASCULINS :

1. David Régy (Neuilly Plaisance, 78,391 km en 7h56’20 (moyt horaire : 9,874) ;
2. Belloir (ULA Quimper Cornouaille) 78,391 km en 7h59’02 3.Morel (AC Château-Thierry) 75,810 km en 7h49’06 ;
4. Terraz (RC France) 73,229 km en 7h57’39 ; 5. Dien (Halluin Val de Lys) 73,229 km en 7h56 ;
6. Bunel (Neuilly-sur-Marne) 73,229 km en 7h57’39 ; 7. Heinrich (GASM Ligny en Barrois) 73,229 km en 8h00’23 ;
8. Fréchangues (Sénart-Combs-Brie) 70,648 km en 7h45’41 ; 9. Biebuyck (UA Flobecq Athlétisme) 70,648 km en 7h46’53 ;
10. Collinet (RFC Liège) 70,648 km en 7h51’34...